Oeuvre sur papier Il y a 40 produits.

Sous-catégories

  • . Marion Beaupère
     
    Marion Beaupère, a tout juste 22 ans. Elle est actuellement étudiante en quatrième année à l’école des
    Beaux-arts de Nimes, après des études littéraires et artistiques.
     
    Elle commence sa création en 2005, sous la forme de dessins géométriques et surréalistes, poursuit
    une pratique artistique dense et variée (peinture, dessin, sculpture, photographie...). Elle travaille des toiles
    où le cuir, la corde, la toile, les vieux objets en métal, le bois deviennent vite essentiels et traduisent son
    intérêt pour les questions liées au corps et àla peau (béance, suture, intérieur et extérieur et autres
    évocations des limites du corps sont ainsi explorées). On retrouve dans son travail au rotring cette question
    de l’enveloppe corporel, qui se mèle avec surréalisme à des constellations géométriques, questionnant la
    place du corps dans l’espace réel et irréel.
  • . Benjamin Bichard
    Benjamin Bichard est né à Nice en 1982. Il obtient son diplôme à la prestigieuse Villa Arson en 2010.
    Après ses études il passe quelques années à Paris et participe notamment au 57e salon de Montrouge
    (2012) où il est repéré par la galerie Géraldine Banier. Il regagne en 2014 sa ville natale, où il vit et
    travaille aujourd’hui.
    Il choisit d’utiliser des objets usuels et assimilés à de banals produits de notre consommation pour réaliser
    de nouvelles formes par accumulation, assemblage, torsion, découpage. Ses objets «modulaires» révèlent
    le pouvoir esthétique de ces acteurs invisibles de notre quotidien.
  • . Joachim Biehler


    Joachim Biehler est né en 1981 à Strasbourg. Il est diplômé du DNSEP de la Haute Ecole
    d'Arts de Perpignan. 57e Salon de Montrouge.
     
    Il travaille dans le milieu de l'art contemporain, en connait toutes les subtilités et les références
    et aime les détourner avec humour. La plupart de ses œuvres mettent en place un jeu
    d'attraction-répulsion. Dans le "like project", une de ses premières séries, Joachim substitue son
    visage à ceux de grandes icônes de l'art contemporain tel que ORLAN ou Jeff Koons. Le photomontage
    dérangeant fait à la fois sourire et questionne de manière forte la place de la jeune génération dans ce
    star-système organisé.
    La série "Big sugar vanity" fonctionne également sur la base d’un dispositif ambivalent : nous sommes
    attirés par le bonbon, et cependant dégoûtés par la confrontation morbide avec le motif de la vanité.
    Alors, le sucre est associé à notre société guerrière, annihilante, aveugle et dévorante.
  • . Jung Min Choi
    Jung Min Choi est né à Séoul en 1973. Docteur en Arts Plastiques, Université de Paris VIII, Sorbonne.
    Dès le début des années 90, les images médiatiques, leur répétition, leur saturation,
    s’invitent au centre de ses œuvres. Ses premières réalisations développent aussi une réflexion sur les persistances
    stylistiques dans l’art contemporain, qui restera très présente dans ses œuvres à venir.
    En 1999, il s’installe en France, puis débute des recherches en Arts plastiques à la Sorbonne Paris I, sous la
    direction de Michel Sicard. Ces recherches aboutissent en janvier 2014 à la soutenance d’une thèse sous le
    titre « signification historique et signification esthétique dans l’art contemporain ».
    Depuis 2002, Jung Min Choi est également correspondant de la presse coréenne. Débutés dans les transports
    en commun lors de déplacements professionnels, dans de petits formats seuls adaptés à ce contexte matériel
    de production, les dessins des Great Days donnent une dimension toute particulière à son regard journalistique…
    Il est présenté en solo show à Art Paris Art Fair, par la Galerie Géraldine Banier, où les "Great Days" 2013,
    365 dessins, sont exposés.
  • . Fouapa
    Pierre-Jean Choquelle alias Fouapa est né à Boulogne (France) en 1987  . Publicitaire de métier, 
    il est issu de l'univers de la bande dessinée dans lequel il a participé à plusieurs projets et publié
    son premier livre en 2013. Il développe depuis 2014 un univers artistique inspiré par les cabinets
    de curiosité et les travaux des grands anatomistes qu’il explore avec un traité illustratif où la couleur
    joue un rôle déterminant. Fanatique de l’objet, il s’attache à utiliser ses cadres comme une extension
    de son sujet, en y ajoutant objets de récupérations, ornements anciens et parfois ossements.
     Il commence à exposer à Paris, Lyon puis Caen en 2015 et réalise de nombreuses œuvres sur
    commandes pour des collectionneurs privés. 
  • . Frédéric Garnier

    Révélé au Salon de Montrouge en 2006, Frédéric Garnier est né en 1970 à Troyes où il vit actuellement..
    Toutes ses créations réellement protéiformes mettent en scène nos interrogations sur l’existence humaine.
    Son début et son terme. Son sens. Ce que l’on nomme communément « l’Après ». Puis ce qui nous survit
    voit le jour, prend place dans les mémoires, les « traces » de vie.
    Sa réflexion plastique se construit dans des travaux d’installation, dans lesquels la photo complète le son
    et la vidéo. L’objet est le plus souvent le point de départ, il est exposé, détruit, modifié, pour positionner
    le spectateur dans un espace à échelle humaine. 
  • . Michel Laubu et...

    Michel Laubu, créateur et directeur artistique du Turak depuis 1985, et Emili Hufnagel, co-directrice de la

    compagnie depuis 15 ans.

    Michel Laubu présente son théâtre en France et à l’étranger ( Indonésie, Russie, Syrie, Norvège...). Il a été

    artiste associé au Volcan, scène nationale du Havre, au Bateau Feu, scène nationale de Dunkerque, aux

    Subsistances à Lyon...
    Bref, il emmène en France et à l’étranger ce théâtre étrange, poétique et visuel. La compagnie vient de

    fêter ses 30 ans.

    Emili Hufnagel, complice de Michel Laubu, co-écrit les projets avec lui. Elle est également interprète dans

    tous les spectacles du Turak. 

    LE TURAK EN QUELQUES MOTS

    Le Turak, compagnie dite de théâtre d’Objets, de marionnettes contemporaines, développe un théâtre visuel

    « tout terrain » nourri d’objets détournés, de mythologies anciennes ou imaginaires, de langages aux accents

    multiples et inventés.

    Connu pour son travail de recherche autour de l’objet, le Turak fait se rencontrer les formes « marionnettiques »,

    le théâtre gestuel et l’exploration plastique. Cette poésie bricolée pourrait se situer au carrefour de la danse, du

    théâtre gestuel et des arts plastiques. L’approche artistique du Turak repose sur un jeu avec l’objet usé. Passé

    imaginaire né de “la fatigue de l’objet”, mémoire et empreinte d’une civilisation inventée, c’est à partir de cette

    archéologie fictive que spectacles et expositions sont créés.

    Les spectacles écrits et mis en scènes par Michel Laubu s’adressent donc à un public très large. Chaque image

    ayant plusieurs niveaux de lecture, les portes d’accès ne manquent pas. C’est une écriture en strates, avec

    “théâtre à tous les étages” 

  • . Guillaume Pelloux

    Né en 1976 à Toulouse, Guillaume Pelloux est archiviste de formation. Aujourd’hui artiste collagiste français,

    il vit et travaille à Paris.

    Il cultive une fascination pour les dynasties royales européennes ; fascination qui le pousse à revisiter,

    détourner et réinventer les portraits officiels de ces figures par la technique du collage sur toile. Par ce

    biais, l’artiste cherche à tirer les individus de l’oubli et leur offrir une nouvelle vie et de nouvelles légendes. 

par page
Résultats 1 - 15 sur 40.
Résultats 1 - 15 sur 40.