Photographie Il y a 64 produits.

Sous-catégories

  • . Joachim Biehler
    Joachim Biehler est né en 1981 à Strasbourg.Il vit et travaille à Metz.
    Il est diplômé du DNSEP de la Haute Ecole
    d'Arts de Perpignan. 57e Salon de Montrouge.
     
    Il travaille dans le milieu de l'art contemporain, en connait toutes les subtilités et les références
    et aime les détourner avec humour. La plupart de ses œuvres mettent en place un jeu
    d'attraction-répulsion. Dans le "like project", une de ses premières séries, Joachim substitue son
    visage à ceux de grandes icônes de l'art contemporain tel que ORLAN ou Jeff Koons. Le photomontage
    dérangeant fait à la fois sourire et questionne de manière forte la place de la jeune génération dans ce
    star-système organisé.
    La série "Big sugar vanity" fonctionne également sur la base d’un dispositif ambivalent : nous sommes
    attirés par le bonbon, et cependant dégoûtés par la confrontation morbide avec le motif de la vanité.
    Alors, le sucre est associé à notre société guerrière, annihilante, aveugle et dévorante.
    la marginalité, l’exclusion sociale et le concept de la marque, des thèmes chers à l’artiste.
     
  • . Nicolas Demeersman

    Photographe, réalisateur et publicitaire,
    né en 1978 à Seclin, France Vit et travaille à Paris
    Le Travail de Nicolas Demeersman, souvent controversé, réunit des clichés où s’entrechoquent
    les genres : l’élégance et le trash, le sérieux et l’absurde, la réalité et la fiction... Considérant qu’il est aussi
    important de plaire que de déplaire, il aborde des sujets contemporains pour se jouer des valeurs, des aprioris
    et des codes visuels. Au-delà de l’esthétique, il met en scène le « convenu » poussé à son extrême, aspirant à
    nous questionner sur nos prises de positions et sur leur logique interne. 
  • . Karoline Jeuffroy

    Ottmar Hörl (né 1950 à Nauheim, Allemagne) est un artiste allemand, professeur et auteur. 
    Ottmar Horl s’est fait connaître par de grandes installations à Berlin et Munich, entre autres. Lorsqu’il
    réalise son projet “L’art dans l’environnement public“, dans la ville de Nuremberg, où il enseigne, il utilise
    7000 répliques en plastique du lièvre de Dürer, qu’il installe sur la place centrale de la vielle ville. Pendant
    deux semaines, le Marché Central devient  Une grande installation de Lièvres en hommage à Albrecht Dürer,
    puis elle se déconstruit en élément individuel que s’approprie les visiteurs.
    Dupliquer, l’idée de production en série et dans un très grand nombre, sont le centre des projets de Hörl. Son
    oeuvre se veut communicante et doit inclure le maximum de personnes. Eparpiller une très grande installation
    en éléments individuels, fait partie du concept. Les oeuvres passent d’un environnement public à un environnement personnel.
  • . Jordane Saget
    Né à Pithiviers (France) en 1980.
    Vit et travaille à Paris.
     
    Autodidacte, Jordane Saget embellit Paris avec ses arabesques depuis un peu plus d’un an. Passant de son
    carnet intime à la rue, il dessine à la craie des œuvres éphémères dans le métro (la station Concorde fut sa
    première galerie), sur les trottoirs et la place de Fürstenberg (sa plus grande fresque à l’horizontale), autour
    des colonnes de Buren (son œuvre inachevée), sur les portes cochères et les portails d’immeubles.
    Ces arabesques, composées de trois lignes blanches, sont bien plus qu’un simple ornement du décor urbain.
    Elles jouent avec les désordres architecturaux et nous invitent à les suivre du regard jusqu’à se perdre dans notre propre imagination.
     
    Lors du parcours-exposition Bizarro 2016, organisé par la Galerie Géraldine Banier, Jordane Saget investit
    notamment le décor et les miroirs de L’Hotel, à Saint-Germain-des-Prés, où il dessine à quatre mains avec
    Jean-Charles de Castelbajac. Il abandonne à cette occasion le pseudonyme de J3 et présente ses premières
    toiles géométriques.
     
    Ses photographies révèlent aujourd’hui une nouvelle étape de son travail : un jeu avec les lumières de la
    ville, avec le creux des ombres, les traces fantômes des immeubles et du mobilier urbain.
  • . Alexia Tailleur

    Artiste et photographe française née en 1983 à Orléans, Alexia Tailleur étudie la dorure à la
    feuille dans un monastère italien avant de réaliser son mémoire de recherche autour de la
    thématique des icônes. Elle vit et travaille aujourd’hui à Perpignan. 
    Sa création se base sur la mise en valeur d’histoires intimes. Ses sujets, anonymes ou non, font tous
    écho à son univers personnel et sont traités à la manière d’icônes, puis travaillés à la feuille d’or. Par
    cette mise en lumière, comme une aura, l’artiste les réinsère au cœur de la société, de l’histoire et leur réinsuffle du sacré.
  • . Fulati Tayierjiang

    Né en 1977 à Xinjiang, Chine, Fulati Tayierjiang vit et travaille aujourd’hui à Paris. 57e Salon de Montrouge.
    Son travail explore l’idée de l’intégration d’un individu dans la société et recherche une relation entre lui et
    les choses, entre son corps et les paysages. Sa démarche associe peinture et photographie : à l’origine une
    simple peinture sur cliché.
    A partir de 2006, il entreprend une série de photographies de sa main peinte, comme prolongement ou
    détournement du paysage. Sa main est l’élément central, le représentant lui-même et son être, racontant
    son histoire. Les lignes de sa main sont dans le paysage, elles s’y fondent et s’y confrontent, comme le lent
    processus d’intégration d’un individu dans une nouvelle culture.
par page
Résultats 1 - 15 sur 64.
Résultats 1 - 15 sur 64.